JamaisVulgaire participe à une consommation plus avertie…

JamaisVulgaire participe à une consommation plus avertie…

7.11.2023

C.R. Pourquoi avez-vous créé un blog sur la mode homme et quel a été le déclencheur pour vous ?

V.K. J’ai commencé à m’intéresser à la mode masculine en cherchant un premier costume pour mes entretiens en école de commerce. Je pensais auparavant que bien s’habiller était inné et ne pouvait pas s’apprendre. En fouillant sur Internet, j’ai découvert que ça pouvait s’apprendre avec quelques règles élémentaires, et en allant chez des marques qui proposent un bon rapport qualité/prix. A l’époque, en 2009, l’information n’était pas facile à trouver : j’ai donc voulu rédiger des guides synthétiques pour partager mes découvertes d’abord sur BonneGueule, puis sur mon propre site JamaisVulgaire à partir de 2012.

C.R. Pourquoi avez-vous choisi le nom « Jamais vulgaire » à l’époque et que signifie le titre pour vous ?

V.K. Un des principaux freins pour mieux s’habiller, c’est la peur de se tromper et de faire une faute de goût. Les premiers articles du site étaient ainsi des guides synthétiques qui référencent les règles à respecter pour mieux s’habiller sans faire d’erreurs.

C.R. Quel est votre parcours dans le domaine de la mode et de l’entrepreneuriat en ligne ?

V.K. J’ai fait une école de commerce (à l’époque ESC Reims, maintenant NEOMA) qui m’a donné la curiosité et l’envie de me former à l’entrepreneuriat en ligne : et c’est dans la mode masculine que j’ai voulu pratiquer en écrivant bénévolement pour BonneGueule en 2009 (à l’époque où la structure était un simple blog), puis en travaillant 1 an chez l’Exception en 2012, avant de fonder JamaisVulgaire.

C.R. Pensez-vous, grâce au blog, que les hommes s’habillent d’une façon plus durable et êtes-vous fier de cet impact ?

V.K. Avec d’autres acteurs, JamaisVulgaire participe en effet à une consommation plus avertie (et maintenant responsable) où l’on privilégiera des vêtements que l’on va porter souvent, et longtemps, achetés auprès de marques qui investissent surtout sur le produit, et non pas en marketing et publicité.

C.R. Quels sont vos projets ou challenges à venir ?

V.K. Lancer le site à l’international avec de premiers articles pour l’audience anglophone significative qui nous suit sur Instagram. Nous sommes par ailleurs un des rares blogs à avoir popularisé des marques vraiment confidentielles aux 4 coins du monde et nous aimerions continuer dans cette voie.

Avec notre expérience, j’aimerais aussi proposer prochainement des comparatifs objectifs, notamment en petite mesure parisienne, pour donner à nos lecteurs un aperçu global de l’offre et montrer comment chacun des tailleurs se différencie.

Découvrez la recommandation de Jamais Vulgaire

Ces articles pourraient vous intéresser